Portrait Martine-Andrée Formal

Martine-Andrée Formal, une artiste du monde

L’art sacré qui se décline à l’infini se précise dans les pensées profondes de l’artiste. Après une réorientation  de vie, le désir de sculpture enfoui jusque là n’attendait que l’instant divin pour s’émanciper. De la vie, Martine a su faire avec un Rien des Tous somptueux parfois troublants, transformant nos réels en irréel supposé. Un don du ciel, un don de soi, un don tout court dirait-elle …

De la matière TERRE, elle tire son essence. Dans l’histoire de nos terroirs elle déterre nos passés et donne la  Lumière dont nos présents ont besoin. Verre, céramique, bois, tous se livrent, confiants,  aux doigts habiles  de l’artiste : cette noble Dame de cœur  innove sans cesse, fouillant toujours d’avantage au plus profond du matériau afin d’en tirer la « Substantifique moelle ». Ici un Nu qui transpire de sensualité ; là un Ange, gardien de nos âmes ; au loin sous le regard rassurant de la Vierge à l’enfant, la main de Dieux  sur le chemin de croix. Des trésors, des symboles, des œuvres porte-bonheur qui répondent aux rêves lointains que nos vies citadines ont tenté d’effacer. Le  croisement des légendes, où le Prince des mers vous défie, tandis que la Licorne attend son heure.

L’artiste est là, suscitant l’envie, elle sait comment apaiser d’un regard, écouter le clap à peine audible du four qui se régale de tant de convoitise, puis attendre la douce naissance du bébé qui s’ignore, enfin elle s’abandonne et fait renaître les désirs.

Karine Manenc